Glucides

Digestion des hydrates de carbone (sucres, l'amidon, la cellulose et autres fibres) - Les sucres solubles sont décomposés et absorbés dans l'intestin grêle. Les monosaccharides tels que le glucose et le fructose sont absorbés directement par les cellules intestinales. Les disaccharides et l'amidon seront hydrolysés par des enzymes dans l'intestin grêle (amylase et diverses disaccharidases) avant absorption. L'intestin grêle a une grande capacité d'absorption des sucres simples et de l'amidon. La coupure des glucides alimentaires communs conduit à des monosaccharides qui peuvent être absorbés (glucose, fructose et galactose) selon le schéma général suivant :


Sucre (Saccharose) -> glucose + fructose
Sucre du lait (Lactose) -> glucose + galactose
Maltose -> glucose
Amidon -> maltose -> glucose

 

Les jeunes poulains ne peuvent pas digérer le saccharose en grandes quantités jusqu'à environ 7 mois d'âge. Le lactose, qui est le sucre naturel du lait, est bien digéré jusqu'au sevrage, puis la production de l'enzyme lactase qui est requise pour le découpage du lactose est progressivement réduite. A 2 ans l'activité est si faible que de grandes quantités de lait ne doivent pas être amenées. De petites quantités de lactose peuvent néanmoins être amenés à des chevaux adultes. Il passera inchangé au gros intestin, où il sera une source d'énergie pour les microbes. Des quantités plus importantes bouleverseront invariablement la digestion et pourraient entraîner des diarrhées.

 

Une grande partie de l'amidon sera décomposée en glucose par les enzymes dans l'intestin grêle et absorbé. Des variations existent cependant, selon le type d'amidon et les quantités distribuées par repas. Plus de 95% de l'amidon de l'avoine et de l'orge est absorbé dans l'intestin grêle et environ 80% de l'amidon de maïs. La fécule de pommes de terre est beaucoup moins digeste et sera transportée en quantités importantes au gros intestin où elle y sera fermentée. Lorsque de gros repas de concentrés sont amenés, d'importantes quantités d'amidon atteignent le gros intestin et subissent une fermentation. L'énergie est absorbée sous forme d'acides gras à chaîne courte, mais seulement après qu'une partie substantielle de l'énergie soit perdue sous forme de gaz et comme nourriture des micro-organismes.

 

Le cheval ne produit pas les enzymes qui peuvent briser les composés complexes, appelées glucides végétaux structurels telles que la cellulose, l'hémicellulose, pectines et pentosanes. Ces composés passent à travers l'intestin grêle, et seront d'abord digérés par les microbes dans le gros intestin. Les produits finaux de cette fermentation sont les acides gras à chaîne courte:

Acide acétique (C2) Acide propionique (C3), Acide lactique (C3, généralement formé en plus petites quantités) Acide butyrique (C4).

Lorsque le régime alimentaire contient peu ou pas concentrés, l'acide acétique représentera une grande partie de l'énergie qui est absorbée depuis l'intestin. L'acide butyrique sera également utilisé dans le métabolisme énergétique et pour produire des graisses tissulaires. En plus de ces utilisations, l'acide propionique est métabolisée en glucose et fournit une composante importante du glucose sanguin des chevaux.

 

Les concentrations des acides gras à courte chaîne varient selon les types d'alimentation et le temps après le repas. Le ratio entre la concentration de ces acides dans le caecum varie d'une manière telle que les régimes riches en fourrages donneront une forte concentration d'acétate par rapport au propionate, tandis que les régimes riches en céréales favoriseront la production de propionate sur l'acétate. Dans le côlon le rapport entre les acides est moins influencé par le type d'aliments donné.

 

Les acides qui sont produits abaissent le pH du contenu du gros intestin. Un pH dans une plage comprise entre 6,6 et 7,5 est maintenu par les nombreuses glandes de toutes les parois du gros intestin qui sécrètent un liquide riche en bicarbonate (alcalin). Un régime avec peu de fourrage et une grande proportion de concentrés peut fermenter trop rapidement produisant de l'acide lactique et provoquant une descente du pH dans le gros intestin en dessous de la normale (l'acide lactique est plus acide que le propionate, l'acétate et le butyrate). Un faible pH dans le gros intestin peut être préjudiciable aux microbes digérant les fibres qui sont moins tolérants à un pH plus bas que les espèces digérant l'amidon. Dans de telles situations, la formation de gaz est augmentée, provoquant une accumulation de gaz et éventuellement des coliques.

Les régimes contenant des fourrages de mauvaise qualité avec une faible teneur en azote peuvent affamer les microorganismes à un point tel que cela peut entrainer une faible efficacité de la digestion. Les rations mixtes avec quelques matières amylacées bénéficient donc également à la digestion des fibres en fournissant une source d'énergie facilement disponible pour les microorganismes.

Ratio entre les acides gras à courte chaîne dans le caecum et le colon d'animaux recevant une ration avec des ratios différents de fourrages et concentrés :

 

Foin: Concentrés Acétique% Propionique% Butyrique%
Caecum
1:0 76.2 14.8 8.0
3:2 70.4 21.2 7.2
1:4 61.2 26.0 10.2
Côlon
1:0 69.5 16.2 7.6
3:2 68.2 15.0 8.8
1:4 67.0 17.0 9.0